House of Gucci : meurtre, gloire et costumes ! [Critique] - JAGGS

House of Gucci : meurtre, gloire et costumes ! [Critique]

Petit meurtre entre Gucci.
Temps de lecture : 3 minutes

LA NOTE DE LA JAGGS TEAM :

GLOBALE

3/5

COSTUMES

5/5

À peine remis (ou pas) de l’échec commercial de The Last Duel, Ridley Scott enchaîne avec House of Gucci, un biopic basé sur l’histoire vraie de la famille Gucci, ses scandales et le meurtre de Maurizio Gucci. 

Si le film manque d’une petite étincelle et de saveur, l’univers, le casting, les décors et les costumes font de House of Gucci un portrait haut en couleurs de la dynastie Gucci et de la marque de luxe comme nous ne la connaissons pas. 

Luxe, trahisons et vie d’une entreprise qui fut familiale, devant la caméra de Ridley Scott. 

Un biopic sur Maurizzio Gucci et sa veuve noire, Patrizia Reggiani

À la fin 70’s, Gucci, l’empire italien de la mode est à un moment clé de son développement. Si Gucci rayonne internationalement, la marque est entachée de rumeurs de malversations financières et de taxes impayées, d’une innovation inexistante et d’une dévalorisation. 

Les fils héritiers, Aldo et Rodolfo, mais également le petit-fils, Paolo, se disputent les intérêts de Gucci et ont une vision d’avenir radicalement différente. Maurizio, lui, aspire à devenir avocat et se désintéresse de l’empire Gucci… jusqu’à ce que Patrizia Reggiani s’immisce dans sa vie.

Adapté du livre “La Saga Gucci – Du luxe au meurtre, de la création à la guerre boursière” (The House of Gucci: A Sensational Story of Murder, Madness, Glamour, and Greed) écrit par la journaliste Sara Gay Forden, le film de Ridley Scott revient sur l’assassinat de Maurizio Gucci commandité par son ex-épouse Patrizia Reggiani en 1995. Ou plutôt sur tous les événements qui ont amenés à ce meurtre. 

House of Gucci relate tout simplement l’histoire – plutôt sensationnelle – du dernier membre de la famille Gucci à la tête de la marque

Une histoire de famille et d’entrepreneuriat où se mêlent avidité, soif de pouvoir et trahisons. Que du bonheur pour fêter le centenaire de la marque !

Un thriller "économique" qui manque de punch par un Ridley Scott peu inspiré

Soyons francs : House of Gucci n’est certainement pas le film le plus abouti de Ridley Scott.

Le réalisateur nous a en effet habitué à du grand spectacle et à des films à la popularité indéniable : Alien, Blade Runner, Thelma et Louise ou encore Gladiator n’en sont que quelques preuves parmi d’autres. 

Si le cinéaste britannico-américain ne semble pas toujours en osmose avec le public ces dernières années – stigmatisant même la responsabilité de la génération Z pour le flop de The Last Duel -, il a ici le mérite d’aborder la face cachée de l’Histoire moderne et d’un fait pas si divers que ça.

Et c’est là que cette incursion historique, presque documentaire, rehaussée d’interprètes irréprochables dans une histoire de pouvoir au sein de la maison Gucci trouve tout son sens. 

Malheureusement, le sujet de House of Gucci, aussi riche soit-il, ne suffit pas à propulser le film au rang d’une oeuvre complète. Voire aboutie. 

Cette fable complexe, difficilement résumable en 2h30, pêche donc dans sa narration. Cette séance de voyeurisme au sein de la maison Gucci reste un agréable moment de découverte “historique” au sein d’une marque de luxe incontournable encore à ce jour. 

Un casting de luxe et un costume design de haut vol

Ridley Scott a toujours su s’entourer des bonnes personnes pour mettre en image ses histoires. Que ce soit des acteurs ou des artisans du cinéma. 

House of Gucci en extrait d’ailleurs ses deux points forts : le casting et le design des costumes. 

Adam Driver, Al Pacino, Lady Gaga, Jared Leto (méconnaissable !), Jeremy Irons ou encore Camille Cottin se partagent l’affiche avec une force d’interprétation intense. Ils incarnent tous à la perfection – sans en connaître le degré de véracité par rapport aux véritables membres de la famille Gucci – des personnages aux personnalités fortes et charismatiques

Mention spéciale de la rédaction à Lady Gaga et Jared Leto qui subliment leurs personnages. 

L’autre point fort du film est, évidemment, le costume design, dirigé par Janty Yates, une fidèle de Ridley Scott. Elle a notamment remporté l’Oscar des meilleurs costumes pour Gladiator. Un tout autre registre, on en convient. 

Toujours est-il que la designeuse réussit à transposer parfaitement l’élégance des tenues tirées à 4 épingles de la famille Gucci : costumes 3 pièces, tenues excentriques pour Paolo, casual style de Maurizio, robes et tuniques de Patrizia… 

On vous fait d’ailleurs un focus sur les styles masculins de House of Gucci ici.

House of Gucci en salle le 24 novembre

Le film House of Gucci, attendu depuis longtemps, sort en salle ce mercredi 24 novembre partout en Belgique.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le !

Envie de lire plus d'articles ?

E-SHOP

Recevez les derniers articles du JAGGS Mag !
Les meilleurs articles du JAGGS Mag en exclusivité dans votre boîte mail.

Notre site utilise des cookies, même quand ce n’est pas l’heure du thé, pour vous garantir une expérience des plus agréables sur notre site.

Panier
  • Aucun produit dans le panier.