Les looks vestimentaires de West Side Story : le street style rockabilly des 50's - JAGGS

Les looks vestimentaires de West Side Story : le street style rockabilly des 50's

I feel pretty, oh so pretty !
Temps de lecture : 7 minutes

West Side Story : son histoire d’amour impossible entre Maria et Tony, ses chorégraphies virevoltantes et… ses costumes !

Comme la version de 1961, le West Side Story de Spielberg porte une attention toute particulière aux costumes des différents personnages.

On ne vous parle pas ici de la célébrissime robe blanche de Maria et de sa ceinture rouge – désolé, ce n’est pas notre expertise – mais bien du design des costumes masculins maîtrisé par Paul Tazewell.  

Une plongée dans le street style des Jets et des Sharks, la jeunesse ouvrière new-yorkaise des années 50 : baskets Converse All Star, rockabilly, chemisettes à manches courtes et jeans.

Une vision naturaliste des vêtements des fifties fidèle à l'énergie du film de 1961

L’excellent West Side Story est – enfin – là. Et reconstruire ce monument du 7ème art, sous tous ses aspects, représentait un défi de taille.

“J’étais très excité, mais j’avais aussi le sentiment de devoir me mesurer à ce film emblématique [de 1961] qui a été adoré par tant de gens différents…” exprime Paul Tazewell (The Wiz Live !, Hamilton) sur D23

Sans vouloir copier/coller le style du film de 1961, Spielberg souhaitait évidemment s’en inspirer et rester, comme pour le reste du film, dans quelque chose de naturaliste, de proche de la réalité des années 50. 

” Il était très important pour Steven de refléter une vision quelque peu naturaliste de la ville à cette époque, en 1957 (…) Après avoir rassemblé autant d’images [photographiques] que possible, je les ai partagées avec Steven, et nous avons eu de longues conversations sur ce qu’il aimait, ce qu’il n’aimait pas, ce qu’il pensait être fidèle à la façon dont il voulait raconter l’histoire, [et] comment il imaginait les personnages spécifiques représentés. (…) J’ai choisi des styles qui semblaient appropriés et je les ai modifiés, car j’ai toujours abordé la silhouette et l’apparence des vêtements en sachant qu’ils allaient être portés dans la danse. Je voulais donc faire des choix qui seraient superbes aussi bien en mouvement qu’à l’arrêt – [ainsi que] appropriés au personnage et à la communauté que je représentais.”

Parmi les nombreux styles vestimentaires de West Side Story, plusieurs types de vêtements et détails de look se répètent, témoins d’une certaine classe ouvrière des années 50.

Le style des hommes dans West Side Story
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.
Le costume design de West Side Story
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

Style rockabilly et duel de couleurs

Déjà dans sa version de 1961, Irene Sharaff, la costume designer, ne manque pas d‘illustrer la rivalité entre les deux gangs de West Side Story grâce, notamment, aux couleurs

Le rouge, le violet et le rose pour les Sharks ; le jaune, le bleu et l’orange pour les Jets. Dans des tons plus vifs, voire “flashy”, pour les personnages principaux et plus atténués pour les secondaires. 

Cette opposition colorée est reprise avec beaucoup de style par Paul Tazewell. De quoi transcender les chorégraphies où se mêlent l’ensemble des couleurs. 

Au-delà de ces couleurs omniprésentes, jouant un rôle prépondérant dans la caractérisation des personnages, un style bien particulier s’immisce avec plus ou moins de force dans le look des personnages : le rockabilly !

Directement issu du rock’n’roll, ce style a explosé dans les années 50 et au début des années 60, en plein pendant la guerre des Jets et des Sharks. 

Le rockabilly est en quelque sorte un style “révolutionnaire”, au premier sens du mot : il s’oppose aux looks conservateurs et extrêmement classiques de l’après-guerre

Loin des clean cuts, le style des Sharks et des Jets se veut donc brut et simple, rock’n’roll : jeans retroussés, chemisettes à manches courtes, blousons ou veste Harrington et Converse pour les Jets ; chinos taille haute (et jeans), bretelles et chemises ouvertes pour les Sharks. 

Le Jeans, pièce phare du style rockabilly

Jeans droit, revers de pantalon large et coutures solides, le jeans des années 50 est une pièce brute. Sa vocation est encore, et surtout, pratique : un pantalon qui doit pouvoir se mettre tous les jours et résister aux différentes formes de labeur

Une époque où les trous dans les jeans étaient dus à l’usure et non achetés comme tels à des prix faramineux. 

Vêtement emblématique du style rockabilly, après avoir déjà gagné ses lettres de noblesses avec les figures de cow-boys virils dans les Westerns, le jeans est donc omniprésent dans les 50s. Et dans West Side Story

© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.
Le street style de West Side Story : les Converse All Star
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

Les baskets Converse All Star, symbole de la rébellion et de l'anticonformisme

À la base créée pour les joueurs de basket, les Converse All Star se voient rapidement détournées par les “bad boys” de la culture populaire

Elles entrent, en quelque sorte, dans les codes de la rébellion. Un oxymore qui amène notamment James Dean ou encore Elvis Presley, figures emblématiques de “rebelles”, à porter ces chaussures iconiques. Et plus tard Sid Vicious ou Kurt Cobain.

En toute logique, les deux gangs de West Side Story, qui cherchent leur place dans le New-York des années 50, arborent eux aussi les Converse All Star. Une manière de s’identifier entre eux et de s’opposer aux chaussures classiques de l’époque

Aujourd’hui encore, même si elles ne peuvent plus être considérées comme le symbole d’une rébellion, les Converse All Star sont toujours considérés comme profondément vintages, “cools” et décomplexées. Une aura bien spécifique qui fait partie intégrante de la culture populaire : voyez plutôt comment Kamala Harris en a fait un outil pour se forger une image authentique et jeune

Chemisettes à manches courtes et polos

D’un point de vue élégance, la chemise à manches courtes (voire sans manches du tout) n’a plus vraiment la cote aujourd’hui. 

Mais dans les 50’s, à New-York, ce type de chemise était légion. À l’instar du jeans, c’est le côté pratique qui prévaut : un habit léger, qui n’entrave pas les mouvements et qui ne donne pas trop chaud sous le soleil de plomb de la métropole américaine. 

Un look que les Jets et Sharks adoptent avec beaucoup de décontraction et qui colle avec le statut de la classe ouvrière. 

La chemise à manches courtes reste un vêtement compliqué à arborer sans manquer d’élégance. Même si dans un contexte casual, et si elle est bien ajustée, elle peut faire le job. 

De notre côté, on vous conseille plutôt de privilégier un polo, plus élégant, ou encore de retrousser les manches d’une belle chemise en coton ou en lin. Ce que fait d’ailleurs Tony a plusieurs reprises dans West Side Story. 

Chemisettes dans West Side Story
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.
Tony en chemise manches retroussées dans West Side Story
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.
Veste Harrington dans West Side Story
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

La veste Harrington (ou Baracuta), le blouson passe-partout stylé

La Harrington jacket – ou veste Harrington – c’est, grosso modo, un blouson : une veste courte à fermeture éclair idéale pour l’intersaison

Tony en porte a plusieurs reprises, tout comme l’ensemble du gang des Jets. Ce type de veste a le mérite d’habiller sans formalité, tout en esquissant un design élégant et sportif, très street style

Elle est généralement en coton et/ou en matière synthétique et présente un matériau élastique sur les poignets et l’ourlet du bas de la veste, au niveau de la taille. 

Ponctuée d’un col droit, la veste Harrington se porte souvent non fermée, ou avec le haut de la fermeture éclair ouvert. 

Un classique du style masculin pour un look casual

Au-delà du street style : les costume de Tony et Bernardo à la "Dance at the gym"

Si West Side Story est d’abord une ode à New-York et à son street style des années 50, le costume est également à l’honneur dans une séquence mythique du film : la danse dans le gymnase. Ce moment magique de la rencontre coup de foudre entre Maria et Tony… 

Et là encore, 2 écoles s’opposent, cristallisés par les figures représentatives des Jets et des Sharks, Tony et Bernardo.

Bernardo s’affiche avec des affinités sartoriales assez claires, a contrario de son style quotidien. Lors de la scène du gymnase, il porte un costume deux pièces gris, en contraste avec sa chemise rouge. Et en rappel : une cravate grise, probablement en soie. 

Même si le costume est un peu large, conformément à l’époque, il respecte de nombreux points d’élégance : ne pas fermer le dernier bouton de la veste et des revers larges à pointes, par exemple. Il manque par contre un peu à son devoir en omettant l’indispensable pochette de costume ainsi qu’en ne laissant pas dépasser la chemise de ses manches de costume.

Tony, lui, est moins sensible à l’art sartorial. S’il fait un effort d’élégance pour aller danser au gymnase, il n’en saisit pas tous les codes : dernier bouton de chemise défait, ensemble totalement dépareillé. 

Sa tenue est également, dans l’ensemble, plus décontractée que celle de Bernardo. Avec tout de même quelques points de style intéressant, comme sa cravate façon tricot (à bandes horizontales),  et le fait de laisser dépasser ses poignets de chemise de la manche du costume

West Side Story costume de Tony Dance at the Gym
© 2020 Twentieth Century Fox Film Corporation. All Rights Reserved.

Le street style : l'élégance décontractée

Le street style sonne, aux premiers abords, comme un ensemble de tenues inélégantes. Erreur. 

Tout d’abord car cela représente la manière dont tout un chacun s’habille au quotidien. Et ensuite parce que le casual a un potentiel d’élégance bien caché. Potentiel qui peut même s’hybrider dans d’autres contextes. 

De belles sneakers peuvent très bien s’encanailler à un mariage. Ou un jeans, bien taillé, peut se constituer comme une vraie alternative au chino ou au pantalon à pinces dans un contexte professionnel. 

Tout est – et sera toujours – question de choisir des vêtements de qualité, adaptés à votre morphologie et qui vous conviennent en termes de style

La preuve : chacun dans leur style, Tony et Bernardo ont beaucoup d’élégance avec des vêtements que certains pourraient qualifier de “démodés”. 

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le !

Envie de lire plus d'articles ?

E-SHOP

Recevez les derniers articles du JAGGS Mag !
Les meilleurs articles du JAGGS Mag en exclusivité dans votre boîte mail.

Notre site utilise des cookies, même quand ce n’est pas l’heure du thé, pour vous garantir une expérience des plus agréables sur notre site.

Panier
  • Aucun produit dans le panier.