The Bikeriders : trajectoire d'une belle bande de motards [Critique]

Obsolescence (re)programmée.
Avatar photo
Temps de lecture : 4 minutes
Publié le 17 juin 2024
The Bikeriders au cinéma en Belgique le 19 juin.

LA NOTE DE LA JAGGS TEAM :

GLOBALE

3/5

COSTUMES

3.5/5

Après les costumes flamboyants d’Elvis, Austin Butler revêt le cuir patiné d’un motard rebelle et taciturne sous la direction de Jeff Nichols.

The Bikeriders, c’est une immersion dans l’Amérique des années 60 en compagnie d’un club de bikers de Chicago. Rassemblement d’outsiders au départ, le groupe bascule dans la violence…

Une clique bien dépeinte, un parti pris intéressant, mais une histoire qui ne nous embarque pas aussi loin qu’on l’aurait voulu.

Cuir, bagarre, cambouis et dérision : regard décalé sur un club de bikers

Le matériel de départ du film, c’est le livre The Bikeriders de Danny Lyon. Un recueil de photos et d’interviews réalisées au sein des Chicago Outlaws Motorcycle Club entre 1963 et 1967 par le photographe.

 

Jeff Nichols (Mud, Take Shelter) s’attache plus à l’aspect humain d’une bande de marginaux qu’à leur réputation badass. On ne tremble pas devant des caïds, on apprend plutôt à les connaître.

 

L’histoire est racontée à travers une narratrice, Kathy (Jodie Comer), légèrement en marge du groupe. Un procédé qui crée une distance et donne de la profondeur à ce qui pourrait être un simple film de baston et de motos. Son regard apporte un second degré, notamment sur la violence et les rivalités au sein du club.

Le ton est rafraîchissant et l’ambiance réussie. Mais les thèmes installés (la quête d’identité, la fraternité, le groupe…) sont malheureusement trop peu explorés. L’histoire nous laisse avec un sentiment d’inachevé, l’impression d’être passés à côté de l’essentiel.

Credit: Courtesy of Focus Features. © 2023 Focus Features. All Rights Reserved.
The Bikeriders Tom Hardy et Austin Butler
Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.
The Bikeriders Jodie Comer, Austin Butler
Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.
The Bikeriders Jeff Nichols : Austin Butler et Tom Hardy
Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.

Jodie Comer, Austin Butler et Tom Hardy : un trio inégal

Kathy, la narratrice, épouse Benny, membre d’un club de motards dirigé par Johnny. Vous avez là les 3 personnages principaux du film The Bikeriders.

Benny est un homme de peu de mots, solitaire et enclin à la violence. Tandis que Kathy rêve de construire une vie raisonnable à ses côtés, Johnny, le voit à la tête du groupe pour le remplacer.

Jodie Comer (Killing Eve, The White Princess) compose un personnage attachant, singulier et bien ancré. Tandis que Tom Hardy (The Revenant, Mad Max : Fury Road) insuffle de la nuance et du charisme au leader vieillissant du groupe.

Deux personnages très concrets, très bien interprétés, qui se disputent un Austin Butler (Elvis, Dune 2) décevant. Benny n’a que peu de dialogues et son trait distinctif est d’être insaisissable. Pas évident à jouer donc… Malheureusement, son personnage ne génère pas la fascination voulue.

Son rapport avec les autres est difficile à appréhender ce qui, malheureusement, nuit à l’histoire. Son écriture n’apparaît pas assez étoffée pour la place qu’il prend dans le récit. 

Par contre, certains seconds rôles s’avèrent marquants, comme celui de Zipco, incarné par Michael Shannon, ou encore Funny Sonny (Norman Reedus).

The Bikeriders : une esthétique dans la marge, qui tient bien la route

Voilà un film qui sent la bière, la clope et la crasse. On ne cherche pas à nous séduire en injectant du glamour dans l’univers des bikers et c’est tant mieux ! 

Pas d’épopées sensationnelles à moto dans des décors grandioses, non. Jeff Nichols opte pour le réalisme et l’authenticité. Ce qui ne nous empêche pas d’apprécier la belle lumière du Midwest.

Pour les costumes, l’équipe s’est aussi appuyée sur les photos de Danny Lyon. Cuirs, denim, toiles et bijoux composent le vestiaire des motards (par ailleurs très enclins au layering). 

Les tenues marquent l’appartenance à un groupe et se déclinent selon les personnalités et le degré de marginalité. Barbes et tignasses hirsutes pour certains, cheveux plaqués à la gomina pour d’autres… 

Les vêtements vieillis traduisent bien le mode de vie des bikers. Les écussons sont cousus à la main sur des blousons customisés. Les costumes racontent une histoire collective et personnelle à la fois et c’est très bien rendu.

Norman Reedus, Funny Sonny, The Bikeriders
Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.
Tom Hardy dans le rôle de Johnny The Bikeriders
Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.

The Bikeriders au cinéma le 19 juin

Ça vous dit de passer un bon moment avec un gang de bikers à Chicago ? 

La JAGGS Team vous fait gagner des places de cinéma ! Pour faire partie du tirage au sort, il vous suffit de liker notre page Facebook.

Bonne chance !

Pour patienter, on vous met ici la bande-annonce de The Bikeriders.

Photo de couverture : Credit: Kyle Kaplan/Focus Features. © 2024 Focus Features. All Rights Reserved.

Facebook
LinkedIn
Twitter
Pinterest

Notre savoir-faire

Ajoutez un peu de JAGGSSTYLE à votre tenue !

Rencontrez-nous !

Venez nous voir en boutique pour découvrir le #JAGGSSTYLE. Retrouvez nos boutiques en Belgique, mais aussi en France.

Logo JAGGS noir

Vous êtes à la recherche d'un peu
de #JAGGSSTYLE ?

Rechercher
Generic filters

réductions
renversantes

Pendant 48h profitez de 50% sur notre
e-shop avec le code oufti