Série de photographies Gentlemen de Karen Knorr

Le Gentleman des 80's vu par la photographe Karen Knorr

N'est pas gentleman qui veut.
Temps de lecture : 3 minutes

Parce qu’on aime bien l’art photographique, surtout quand il pose un regard critique sur une certaine Société, on voulait vous parler de Karen Knorr.

Et plus particulièrement de sa série de 26 images intitulée très sobrement “Gentlemen“. 

Des oeuvres photos qui capturent les clubs de gentlemen anglais de Saint-James à Londres au début des années 80, véritable antichambre du business et du monde politique anglais. 

Flashback sur une image désuète du gentleman d’antan : conservateur et patriarche, voire misogyne. Une vision très différente de ce que JAGGS prône aujourd’hui. 

Les œuvres photographiques Gentlemen (1981-1983) : une incursion dans l'establishment anglais

La série d’oeuvres photographiques de Karen Knorr examine les valeurs patriarcales de la haute bourgeoisie anglaise, en parcourant les couloirs et pièces aux décors bien spécifiques des clubs privés de Londres. 

De 1981 à 1983, la photographe a donc pris une série de clichés qui cristallisent le quotidien de ces gentlemen aux valeurs d’un autre temps. 

Si leur élégance vestimentaire demeure intemporelle, les idées conservatrices, comme la vénération de la primogéniture ou la dévalorisation de la gente féminine, n’ont absolument plus leur place dans notre société contemporaine. À voir si celles-ci ont véritablement évoluées au sein de ces clubs de garçons où la place des femmes n’y est toujours qu’anecdotique… 

Des textes construits à partir de discours du parlement et d'actualités de l'époque

Au-delà de ces instants figés de salles sacrées et de membres en costumes trois pièces, Knorr annote ses photographies de textes issus de discours du Parlement et de reportages de l’époque. 

Des mots précis qui interrogent quelque peu les rituels des riches et des puissants. Et plus largement le système de classes britanniques. Un terrain fertile déjà emprunté par Cecil Beaton, Slim Aarons ou encore Martin Parr avec chacun leur propre vision de ce monde. 

Les textes de Knorr, indissociables des photos, reflètent – et parodient – le langage du pouvoir, des privilèges et du patriarcat. Un dialogue conceptuel entre des images et des mots qui fait de Gentlemen une méditation malicieuse sur le caractère sacré – et absurde – de ces institutions masculines et des personnes qui les incarnent.

Le contexte dans son intégralité reflète les contradictions que met en avant la série Gentlemen : au moment des prises de vues de ces hommes supposément supérieurs et tout-puissants, la Première Ministre au pouvoir était Margaret Thatcher…

Si nous souhaitons mettre en avant cette image désuète du gentleman, au-delà du travail remarquable de Karen Knorr, c’est surtout pour affirmer notre position. Sans surprise, nous sommes aux antipodes de ces valeurs archaïques d’une certaine aristocratie. 

Nous prônons la gentleman attitude, mais avant tout l’image d’un gentleman moderne ! 

Nous mêlons l’élégance vestimentaire au véritable savoir-vivre. Nous imaginons ce bon goût comme une manière d’exprimer son individualité, mais certainement pas comme un signe ostentatoire de supériorité artificielle. 

Envie de lire plus d'articles ?

    E-SHOP