Les origines du Blazer : entre mythe(s) et réalité

Figure infroissable du style, ses origines demeurent floues.
Temps de lecture : < 1 min

À la croisée de la veste de costume et de la veste sportive, le blazer combine tradition et décontraction pour un look moderne et élégant. Il s’adapte à – presque – toutes les situations : de la scène à la salle de conférence, du mariage au bureau. 

Aujourd’hui figure infroissable du style, ses origines demeurent floues, plusieurs histoires se disputant les nobles origines de ce must have du vestiaire du gentleman moderne

Tour d’horizon de 3 différents mythes. Ou vérités, qui sait ?

oxford_boat_blazer_histoire_aviron

#1 Le blazer droit, inspiré du monde de l’aviron

D’après Jack Carlson, créateur de la marque Rowing Blazers et ancien membre de l’équipe américaine d’aviron, l’histoire du blazer prend directement racine dans le monde des clubs d’aviron anglais au début du 19ème siècle.

Dans son livre Rowing Blazers – littéralement blazers d’aviron -, Carlson évoque notamment les légendaires joutes d’aviron entre Oxford et Cambridge et leurs vestes d’entraînement.

À l’origine, le blazer répond à des besoins purement pratiques et très simples : ils ont pour rôle de maintenir les rameurs au chaud pendant les entraînements. C’est un peu leurs hoodies – pulls à capuches – de l’époque, comme l’explicite le créateur de Rowing Blazers

Par extension, les blazers se portent également pendant les courses. Ce qui permet, en outre, aux spectateurs sur le rivage d’identifier les différentes équipes. De quoi allier le pratique et l’agréable. 

Il ne faut pas longtemps pour que le blazer gagne la terre ferme sur les épaules des sportifs, fiers d’arborer leurs couleurs et de montrer leur appartenance à l’élite sportive. À l’instar des vestes Letterman qui symbolisent une réussite sportive outre-Atlantique dans les années 50 – et encore aujourd’hui -, le blazer des rameurs reflète un statut social et une marque de différenciation.

Ces premiers blazers, simples vestes de flanelle de laine, sont généralement criardes et de couleurs vives. C’est d’ailleurs l’aspect tape-à-l’oeil des “blazing reds” du Margaret Boat Club 

 à qui l’on doit leur appellation “blazer”, dérivé du verbe anglais “to blaze” qui signifie flamboyer, briller

#2 L’ascendance militaire du blazer croisé

Plusieurs sources, dont le designer Alan Flusser, confèrent des origines militaires au blazer. Et plus particulièrement au blazer croisé. 

Le blazer croisé, plus solennel, descend des vestes courtes croisées portées dans la marine anglaise – la Royal Navy – au 19ème siècle. 

Son nom proviendrait de celui d’une frégate anglaise, le HMS Blazer qui aurait confectionné des vestes à l’occasion de la visite de la Reine Victoria. Le capitaine du navire aurait choisi d’habiller son équipe uniformément avec une veste bleu marine croisée et boutonnée sur le devant. 

Ravie de cette initiative, la Reine décréta alors que, ce qu’on appelle aujourd’hui le blazer Navy classique, serait désormais la tenue officielle de la marine anglaise. 

Les aspects “m’as-tu-vu” et relativement formels de ce type de blazer en font un vêtement assez connoté, plus formel et moins décontracté que son homologue, le blazer droit.

cricket_blazer_histoire_origines

#3 Le cricket, source du blazer

Dans son livre Dressing The Man, Alan Flusser nous conte également une autre origine du blazer. 

Elle semble cependant corroborer, en partie, la version de Jack Carlson … mais quelques décennies plus tard ! Il place donc les origines du blazer dans le milieu sportif mais du côté des clubs de cricket et non de l’aviron. 

Dès la fin du 19ème siècle, ils font partie intégrante du “décor” des clubs de cricket et “d’autres sports” comme il le cite. 

Caractérisés par un design plutôt coloré et souvent ligné, ils donnent un aspect “clinquant”à ces vestes, ce qui leur vaut le nom de “blazer” pour les mêmes raisons que celles explicitées par Carlson. 

À l’instar de Carlson, Flusser fait aussi explicitement référence à Oxford et Cambridge. Il fait cependant remonter l’utilisation des blazers moins loin et semble ne prendre en compte que son adaptation sur la terre ferme. Ce qui explique peut-être le léger décalage chronologique des deux versions. 

Les origines sportives du blazer paraissent donc assez tangibles. Et relativement convaincantes. Si la date et le contexte exacts ne s’accordent pas dans une version unique, il semble que la genèse soit sensiblement la même. 

La généralisation du blazer

Qu’il soit croisé ou droit, d’origine plutôt sportive ou militaire, le blazer s’est émancipé depuis bien longtemps de son contexte originel pour conquérir le dressing du gentleman contemporain. 

Il est fort à parier que ces différentes versions de l’histoire du blazer soient toutes en partie vraies, le blazer s’étant construit au fil des années. 

La palette de couleurs et de textiles s’est enrichie au fil du temps, tout comme les options de personnalisation du blazer. Sa définition s’est élargie mais une notion demeure primordiale : il ne faut pas confondre le blazer avec un veston de costume “classique”

Envie de lire plus d'articles ?