Olga, relecture très intimiste de l'Euromaïdan [Critique] - JAGGS
Olga, relecture très intimiste de l’Euromaïdan [Critique]

Olga, relecture très intimiste de l'Euromaïdan [Critique]

Une petite histoire dans la grande Histoire.
Temps de lecture : 3 minutes

LA NOTE DE LA JAGGS TEAM :

GLOBALE

3.5/5

COSTUMES

1/5

2013. Exilée en Suisse, Olga, gymnaste ukrainienne de 15 ans talentueuse et passionnée, s’entraîne pour l’Euro de gymnastique. Au même moment, la révolte d’Euromaïdan éclate à Kiev, impliquant soudain sa mère et ses amis proches. 

Sur fond de révolution ukrainienne, Olga met en parallèle deux crises identitaires : celle d’Olga et celle de l’Ukraine. Une petite histoire dans la grande Histoire. 

Sauf que celle-ci n’est jamais arrivée.

Olga : un film pas si historique que ça

Oui, Olga se déroule pendant les événements historiques de la révolution ukrainienne. Oui, on y relate de vrais événements. 

Mais le long métrage d’Elie Grappe s’attarde davantage sur un questionnement identitaire lié à l’adolescence dans le milieu de la gymnastique professionnelle qu’à la véritable Euromaïdan. 

Et qui plus est, du point de vue d’un personnage tout à fait fictif. Le réalisateur s’est en fait inspiré d’un fait réel pour en faire une autre histoire totalement différente : celle d’une violoniste ukrainienne, arrivée en Suisse juste avant l’Euromaïdan.

Expatriée en Suisse, l’héroïne ne vit finalement la crise ukrainienne que comme nous l’avons vécue à l’époque : à travers les médias. Même si ses proches et sa mère y sont des canaux de communication privilégiés et une zone de pathos plus sensible.

Poster Olga film WaHFF

Une fiction simple, efficace, authentique… et d'actualité !

Hormis cette dimension historique qui n’est finalement qu’un prétexte à son exode suisse, le film a le mérite de traiter avec justesse un autre sujet : celui du déracinement et de la crise identitaire. Une crise ici exacerbée au vu des événements. 

Là où Olga puise toute sa force, c’est aussi grâce à ses interprètes : les gymnastes du film le sont vraiment dans la vie réelle ! Ce qui appuie – et pas qu’un peu ! – la réalisation avec des performances au plus près du réel. 

Mais cela pose aussi parfois des soucis d’un point de vue de la justesse du jeu. Des défauts quelque peu compensés par une certaine authenticité, notamment dans le chef d’Anastasia Budiashkina, l’interprète d’Olga. 

Pour la petite histoire, Elie Grappe a carrément scouté ses actrices dans les gymnases : “Début 2017, je suis allé à Kiev pour rencontrer des athlètes, afin d’intégrer à l’histoire des détails qui soient les plus réalistes possible et de créer la toile de fond la plus authentique possible, même si tous les personnages sont fictionnels. Et donc je suis entré dans le gymnase et certains sont venus nous voir et ils étaient très curieux. Anastasia (NDLR : l’actrice principale), de son côté, ne faisait pas attention à nous du tout. Elle était complètement absorbée par son entraînement. J’ai été instantanément fasciné par son intensité. Je me suis rendu compte qu’il fallait que je garde ça, autant que faire se peut, et que j’offre à tous les acteurs un espace qui soit le plus libre possible pour être en mesure de rendre leur énergie. Anastasia a utilisé tout cet espace et ainsi elle a donné au rôle beaucoup plus encore que ce que j’avais espéré et même imaginé.” relate-t-il dans son interview sur cineuropa

Olga tape fort et juste également d’un point de vue du monde professionnel de la gymnastique. 

Les récentes affaires qui sont remontées à la surface récemment  témoignent de la difficulté et des problèmes de ce milieu ainsi que des sacrifices nécessaires. Plus qu’un film historique, Ellie Grappe nous propose, en fait, un film d’actualité.

Et les costumes et décors dans tout ça ?

D’un point de vue costume, on n’a évidemment pas grand-chose à dire : entre équipements sportifs et tenues globalement féminines, Olga n’est pas un réel candidat au Clion JAGGS des meilleurs costumes et décors. 

Comme déjà dit, ses qualités se placent davantage dans la performance des actrices/gymnastes et dans la mise en place d’un récit initiatique efficace.

Olga en avant-première au WaHFF avant sa sortie officielle en novembre

Olga est de passage au cinéma Wellington en compétition officielle du Waterloo Historical Film Festival les 14 (10h) et 16 (19h30) octobre avant sa sortie nationale le 17 novembre.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le !

Envie de lire plus d'articles ?

E-SHOP

Recevez les derniers articles du JAGGS Mag !
Les meilleurs articles du JAGGS Mag en exclusivité dans votre boîte mail.

Notre site utilise des cookies, même quand ce n’est pas l’heure du thé, pour vous garantir une expérience des plus agréables sur notre site.

Panier
  • Aucun produit dans le panier.