Que vaut vraiment Lupin, la nouvelle série sur le gentleman-cambrioleur qui cartonne ?

Top ou flop pour le gentleman-cambrioleur ?
Temps de lecture : < 1 min

Arsène Lupin est de retour sous les traits d’un des acteurs français les plus bankables du moment, Omar Sy, dans Lupin, dans l’ombre d’Arsène.  

Avec une énième adaptation des aventures du gentleman-cambrioleur, Netflix veut frapper fort. Et le succès est à la clé : la série est en tête des programmes les plus regardés en Belgique, mais aussi en France… et aux États-Unis !

Mais que vaut vraiment cette nouvelle série ? On vous donne notre avis…

Affiche Lupin Netflix Serie

L’héritage d’Arsène Lupin, un conte moderne à la sauce Netflix

Tout ce que touche Netflix se transforme en or. Ou du moins c’est ce que l’on essaye souvent de nous faire croire.

Il n’est donc pas étonnant que le géant du streaming se lance dans l’adaptation d’un héros de la littérature frenchie en s’entourant des meilleurs éléments possibles du moment (Omar Sy, Louis Leterrier, …) et de gros moyens. De quoi mettre en place une équation alléchante. Sauf qu’une série ce n’est pas vraiment des mathématiques. 

D’autant que le défi est de taille : extirper (une nouvelle fois) Arsène Lupin, le roi du déguisement et de la supercherie, de ses nouvelles littéraires et le faire (re)vivre sur le petit écran. 

Attention, Lupin, l’héritage d’Arsène n’est pourtant pas une adaptation des aventures du gentleman-cambrioleur. Il s’agit ici d’une sorte d’héritage, d’une relecture des oeuvres de Maurice Leblanc dans le monde moderne. #MINISPOIL : Omar Sy n’est pas Arsène Lupin. Il est un fan de ses nouvelles et y consacre son mode de vie. 

Si l’angle d’approche est relativement original, il reste encore à nous offrir une aventure à la hauteur de ses moyens…

Une histoire et des personnages qui sonnent creux

Annoncée à coups de teasers alléchants et de bande-annonces folles, on s’attend donc à une histoire de haut vol pour Lupin.

Malheureusement, on déchante très vite. Au-delà d’un scénario lacunaire – et c’est un euphémisme – les personnages sont aussi creux que l’aiguille d’Étretat chère à Arsène. Sans parler de l’interprétation et la mise en scène qui risquent de faire se retourner Maurice Leblanc dans sa tombe. 

Même les transformations identitaires, au coeur de l’histoire, sont globalement peu crédibles, non sans rappeler la “métamorphose” de Superman en Clark Kent grâce à… une paire de lunettes. Même si certains accoutrements valent le détour d’un point de vue stylistique.

Pour un personnage taxé de gentleman, les dialogues font tache : “T’as une belle gueule mais t’as une sale tête” ou encore “Des vrais baisers, pas ceux de ta mère” résonnent comme des insultes à l’élégance originelle du héros. Et ne représentent que quelques paraphrases parmi d’autres. Oui, oui, on vous le confirme, ça manque d’élégance. Et même de réalisme. 

En parlant du réalisme, nous n’évoquons que brièvement le scénario qui ne tient pas debout et des scènes d’action pauvres auxquelles ne nous a pas habitué le réalisateur du Transporteur et d’Insaisissables. Le casse principal de la série fait vraiment pâle figure à côté des grandes scènes de cambriolages de l’audiovisuel contemporain, comme la Casa de Papel ou Ocean’s Eleven

Bref, pour le grand spectacle, on repassera. 

Lupin Serie Netflix Omar Sy

Une hybridation de genres qui manque de panache

Avec Lupin, Louis Leterrier se prête au genre télévisuel. Un univers qu’il fréquente moins que celui du 7ème art. Et qu’il maîtrise manifestement peu. 

Contraint à un format de 10 épisodes, on constate que le réalisateur se perd dans un faux rythme en essayant d’imposer un suspens superficiel à coups de cliffhangers aussi peu prévisibles que la fin de mandat de Donald Trump. 

Tantôt axé sur le drame, tantôt sur l’action, il essaye de jongler tant bien que mal entre moments comiques et thriller policier. Mais la sauce ne prend pas réellement, offrant des scènes hors contexte qui ne font pas mouche malgré les bonnes intentions affichées. 

La relecture des aventures d’Arsène Lupin, même si elle est jonchée de clins d’oeil, manque d’une aura à la hauteur du personnage. 

Une série loin d’être parfaite… mais qui cartonne aux quatre coins du monde !

Vous l’aurez compris, Lupin est loin d’être un coup de coeur au sein de la rédaction. Mais loin de nous l’idée de vouloir nous positionner comme de mauvaises langues, d’autant que le succès public semble au rendez-vous. La série est en effet dans le top 10 des streamings sur Netflix dans plusieurs pays, de la Belgique… aux USA !

Nous pensons cependant que la série est largement perfectible et qu’elle aurait mérité un traitement plus à la hauteur du personnage et de son potentiel

La seconde partie, sans date encore annoncée, nous donnera peut-être tort et veillera à relever le niveau. 

On y croit. Ou pas.