Titane : une palme gore qui roule des mécaniques [Critique] - JAGGS

Titane : une palme gore qui roule des mécaniques [Critique]

Mécanophilie assumée.
Temps de lecture : 4 minutes

LA NOTE DE LA JAGGS TEAM :

GLOBALE

4/5

ou

1/5

COSTUMES

1/5

Après avoir heurté les salles obscures, divisé la critique et remporté la Palme d’Or, Titane débarque sur la plateforme Sooner. 

Disruptif, gore et totalement what the fuck, le film de Julia Ducournau ne laisse personne indifférent… et divise l’équipe du JAGGS Mag. 

On ne pouvait évidemment pas ne pas vous en parler.

Syndrome post-traumatique et meurtres gores par la réalisatrice de Grave

Julia Ducournau nous revient avec Titane, un thriller horrifique à la limite de la science-fiction

Après avoir secoué le cinéma français de son premier long métrage, Grave, elle nous conte l’histoire d’Alexia (Agathe Rousselle), une enfant gravement blessée lors d’un accident de la route. 

Sauvée notamment à l’aide d’un implant en titane dans le crâne, Alexia a manifestement conservé des séquelles psychologiques. C’est le moins qu’on puisse dire. 

Son syndrome post-traumatique la pousse, entre autres, vers la mécanophilie (si, si, ça existe !) et des pulsions meurtrières aussi gores qu’inexplicables. 

Suite à sa folie meurtrière, elle est amenée à fuir et se fait passer pour une personne disparue depuis plusieurs années, le fils d’un pompier (Vincent Lindon) sur le déclin.

Ça promet.

Critique du filme Titane, Palme d'or
Crédits Photos : Diaphana Distribution
Critique du film Titane de Julie Ducournau

Titane, le film qui divise la critique, le public… et le JAGGS Mag !

On n’a pas donné deux notes différentes à Titane juste pour le plaisir de la polémique. 

Le film a vraiment reçu une double réception au sein de la rédaction : il y a ceux qui ont adoré, comprenant une fable féministe aux dimensions gores tarentinesques ; et il y a ceux qui ont détesté, y voyant un récit bête, insignifiant et totalement absurde. 

Et chaque camp a sans conteste des arguments de poids. 

Ceux qui aiment : Titane, un film qui décape et secoue le cinéma francophone

Âmes sensibles s’abstenir.

Titane se veut provocateur et déroutant, aux antipodes d’un certain cinéma français – souvent – trop lisse et BCBG. 

Vous serez secoués, maltraités dans cet univers polysensoriel ou tout se ressent : de l’odeur de l’hémoglobine à la douleur de l’anti-héroïne, du malaise à la jouissance mécanique. Et une chose est sûre : tout peut arriver. Absolument tout ! 

Avec son film horrifique aux accents de science-fiction à la sauce française, Julie Ducournau n’y va pas par quatre chemins. La thématique, propre à la série B (voire à la série Z) qui s’assume, pousse le long métrage trash à la provoque. Ducournau n’a pas froid aux yeux et film tout de front, sans tabou, sans langue de bois. Ça fait mal… et tellement de bien à la fois. 

Si le film s’essouffle quelque peu en milieu de narration, le concept novateur et extrêmement dérangeant font de Titane un nouveau pavé dans la marre de l’intelligentsia du 7ème art francophone. 

Un film qui dérange, mais, sous ses airs de brute de décoffrage, il questionne également la féminité et la condition de la femme dans un monde qui lui est hostile. Oui, on parle du nôtre. 

Bref, Titane vous envoie un bon coup de poing dans la figure. Et c’est parfois nécessaire.

Titane, la critique du film
Titane, film de Julie Ducournau
Critique de Titane

Ceux qui détestent : Titane, le nanar mécanophile qui déborde d'hémoglobine

Et puis il y a ceux qui détestent Titane

Un film qui se confond dans les genres, du cyberpunk à l’horreur en passant par la science-fiction, sans en assumer pleinement les codes. Une mauvaise plaisanterie vouée uniquement à choquer à outrance et décontenancer l’embourgeoisement du cinéma francophone actuel.  

La résolution, absurde et incontrôlée, voire non assumée, symbolise le mauvais goût et une oeuvre incompréhensible. Pour ne pas dire bête. 

Julia Ducournau, en roue libre, propose un cauchemar éveillé que personne ne souhaite voir. Et encore moins ressentir. 

Titane n’est rien de plus qu’un nanar, un film héritier d’une palme en toc. Et il nous faut plus qu’un Vincent Lindon sous stéroïde pour nous convaincre.

Titane, à découvrir sur la plateforme Sooner dès maintenant

Vous l’aurez compris : Titane est un film qui ne plait absolument pas à tout le monde : vous l’aimez ou vous le détestez !

Si l’aventure vous en dit, rendez-vous sur plateforme de streaming Sooner.

Vous avez apprécié l'article ? Partagez-le !

Envie de lire plus d'articles ?

E-SHOP

Recevez les derniers articles du JAGGS Mag !
Les meilleurs articles du JAGGS Mag en exclusivité dans votre boîte mail.

Notre site utilise des cookies, même quand ce n’est pas l’heure du thé, pour vous garantir une expérience des plus agréables sur notre site.

Panier
  • Aucun produit dans le panier.